Les travailleurs de la nuit

nuit1
José Ignacio Isola, Noela Sanchez-Carnero, Pierre-Arnaud Desiage, Guillaume St-Onge et Miguel Haller devant le l’échosondeur multifaisceaux et le profileur de sous-surface.

Les journées de vendredi et samedi ont été magnifiques et très productives. Il y avait très peu de vent et la mer était calme; les conditions étaient parfaites pour déployer les carottiers. Nous avons donc été en mesure de prélever cinq belles séquences sédimentaires à quatre différentes stations. Or, ces dernières n’ont pas été choisies au hasard. Pourtant, le golfe de San Jorge est vaste alors pourquoi ces quatre sites tout particulièrement? Durant la nuit, le Coriolis II tracte des instruments qui permettent de sonder le fond marin et de distinguer l’architecture des couches géologiques qui se trouvent en profondeur. Ainsi, l’équipe scientifique qui travaille les soirs et les nuits s’affaire à scruter les données qui s’affichent en temps réel sur les divers écrans associés aux différents instruments dans une salle devenue un véritable laboratoire informatique. Il y a d’abord l’échosondeur multifaisceaux qui permet de déterminer la profondeur et la géomorphologie du fond, le profileur de sous-surface et l’étinceleur qui permettent d’observer la séquence sédimentaire sur des dizaines et des centaines de mètres respectivement. Ensemble, les données récoltées à l’aide de ces instruments dévoilent une bonne partie des secrets préservés jusqu’ici dans les sédiments du golfe de San Jorge. Notre équipe de nuit a pour mandat de noter tout ce qui semble intéressant. Aux petites heures du matin, Guillaume St-Onge et Miguel Haller, nos co-chefs de mission, refont jouer les lignes des différents instruments comme un film regardé au ‘fast forward’ et discutent simultanément des résultats avec l’équipe de nuit afin de sélectionner les sites prioritaires pour le carottage de la journée. Ces sites sont choisis afin de répondre à des questions stratigraphiques et afin d’interpréter correctement les couches sédimentaires observées sur les instruments de géophysique. Finalement, un des avantages du travail de nuit est de pouvoir observer tous les jours le lever du soleil en Patagonie. 

nuit2
José Ignacio Isola, Pierre-Arnaud Desiage, Noela Sanchez-Carnero et Jacques Labrie travaillant dans la salle du Coriolis II devenue un véritable laboratoire informatique.

 

nuit3
Lever du soleil sur le golfe de San Jorge en Patagonie.

Audrey M. Rémillard et Guillaume St-Onge à bord du Coriolis II