Deux jours au parc marin jurassique

volcan
Coucher de soleil sur les îlots rocheux volcaniques datant du Jurassique.

Lors des deux derniers jours, nous avons oublié les carottiers et nous avons consacré tout notre temps à la cartographie sous-marine du Parc national marin et côtier de Patagonie australe situé dans la moitié nord du golfe de San Jorge. Ce parc marin, créé en 2007, représente l’une des zones les plus importantes de la côte argentine en termes de diversité et de productivité biologiques. Notre mission au sein de ce parc est d’élaborer des cartes de la topographie du fond marin pour l’Argentine. Les diverses catégories d’habitats benthiques répertoriées grâce à nos diverses méthodes de visualisation du fond marin seront ensuite vérifiées à l’aide d’échantillons récoltés à l’aide de la benne. L’idée est de fournir un support scientifique dans l’organisation et la conservation de cette aire protégée. Notre première soirée dans le parc a été exceptionnelle. Le soleil couchant reflétait des couleurs rose et orangé sur une mer d’huile. Les oiseaux suivaient par centaines les lumières du Coriolis II dans la nuit. Pendant la journée, les lions de mer et les otaries, curieux, escortaient le navire de la proue à la poupe. Des dauphins et des petits pingouins ont également été observés par quelques chanceux à bord. Contrairement aux jours précédents, nous avons navigué au large des côtes et au large de plusieurs îlots dont les falaises, composées de roches volcaniques rougeâtres, datent de 180 millions d’années, soit l’époque du Jurassique. Lors de la formation de ces roches, à l’époque des dinosaures, l’océan Atlantique n’était pas encore ouvert! La deuxième soirée passée à cartographier le fond du parc marin a été un peu moins paisible que la première. Des vagues de près de trois mètres de hauteur faisaient danser le Coriolis II et ses membres d’équipage de tous les côtés! Heureusement, toute l’équipe a bien supporté la houle et tout le monde était au rendez-vous avec le sourire le lendemain matin avec la fierté d’avoir affronté avec succès une mer houleuse.

volcan2
Bref aperçu des oiseaux qui suivaient le Coriolis II par centaines.

 

Volcan3
Les otaries suivaient tous nos déplacements lors de notre passage dans le parc marin.

Audrey M. Rémillard à bord du Coriolis II